Avez-vous remarqué que certains arbres ont leurs feuilles jaunes dès la fin août ? Non ce n’est pas un automne précoce, en voici la raison.

Aujourd’hui, je vais vous proposer un petit cours de biologie concernant les végétaux, si cela ne vous dérange pas. J’ai toujours aimé les arbres, leur port majestueux, leur bruissement dans le souffle du vent, leur ombre parfois inquiétante, leur parfum, l’image de solidité, d’harmonie dans la diversité qu’ils offrent… J’aime aussi tout particulièrement toutes les illustrations d’arbres données par la Parole de Dieu.

Et  un arbre magnifique est sur le point de disparaître de l’hexagone… Notre célèbre marronnier d’Inde est attaqué sur 90 % de notre territoire. Cet arbre, originaire des Balkans et introduit en France du début du 17è siècle va certainement devoir nous quitter.

Des recherches menées en collaboration par huit pays européens depuis 2001 ont démontré que cette mort annoncée serait due à plusieurs causes.

L’une des causes est la « mineuse du marronnier », un papillon dont les larves colonisent et  détruisent les feuilles de l’arbre. C’est la raison pour laquelle dès le mois d’août nous avons le sentiment qu’un automne précoce nous atteint, certains arbres ayant revêtu leur couleur jaune… regardez bien, vous observerez qu’il ne s’agit que des marronniers. Ce papillon minuscule est apparu en macédoine en 1985, et en moins de 20 ans a colonisé toute l’Europe. Son origine reste encore mystérieuse.

Une autre cause est le « black rot », un champignon atteignant lui aussi les feuilles, les tachant de rouge et les faisant tomber prématurément.

La dernière cause, et non la moins grave, est une bactérie, le Pseudomonas Syringae. Cette bactérie, présente en temps normal dans le sol est habituellement non seulement inoffensive mais elle est utile et nécessaire au cycle de l’azote et à la microflore du sol. Mais une mutation étrange de cette bactérie l’a rendue tueuse pour nos marronniers. Comment quelque chose de si bon au départ peut-il se transformer ainsi en quelque chose de mortel ?

Le Pseudomonas Syringae aime toucher tout particulièrement les arbres qui passent du stade jeune au stade mature (de 10 à 30 ans). Une fois installé, il attaque l’arbre jusqu’à sa mort complète  en quelques années.  Mais au cours de son attaque de l’arbre, il invite d’autres maladies à venir, comme la mineuse du marronnier et le black rot, ce qui accélère le processus de dépérissement. Quelle tristesse de voir la vie se retirer de ces splendides monuments qui bordent souvent nos routes.

Je me mets à penser à tous ces versets magnifiques que je chéris tant dans la Parole de Dieu, versets qui nous comparent à des arbres.  Serions-nous également atteints par un Pseudomonas Syringae ou une « mineuse » dans notre vie ?

Les causes de cette infestation de nos marronniers  sont multiples et le parallèle avec notre vie terrestre est troublant.

  1. Tout d’abord de mauvaises conditions de plantation,
  2. un système racinaire contraint ou asphyxié…
  3. puis un mauvais arrosage,
  4. un affaiblissement par une canicule,
  5. l’implantation de l’arbre dans une zone touchée par la pollution agricole, industrielle ou urbaine.

Comment pouvons-nous nous-mêmes y échapper ?

 1. Nos racines doivent être profondes

 Ez 31 : 7 : Il était beau par sa grandeur, par l’étendue de ses branches, Car ses racines plongeaient dans des eaux abondantes.

Savez-vous que si l’on mettait bout à bout les racines et les radicelles (les tout petits cheveux-racines !) du système racinaire d’un petit plant de seigle de 4 mois, nous aurions une longueur totale de 623 km ? et que la croissance quotidienne de cette longueur totale est de 4.83 km ?  Hum… Je me demande quelle serait la taille de mon propre système racinaire spirituel… et si, jour après jour, il augmente vraiment d’autant !

Oui, enracinons-nous dans la Parole de Dieu !

2. Nous devons rester tout près de notre source d’eau

Ainsi nous pourrons nous y abreuver.

Psaume 36:9 Car auprès de toi est la source de la vie

Job 14 : 9   Dès qu’il sentira l’eau il regermera, et produira des branches, comme un arbre nouvellement planté. (Version MARTIN)

Psaume 1 : 3  Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui la médite jour et nuit! Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point: Tout ce qu’il fait lui réussit. (SEG)

Connaissez-vous l’hydrotropisme ? Il s’agit du moyen de survie des plantes qui sont naturellement attirées vers l’humidité dans le sol, pour s’abreuver et donc survivre.   Sommes-nous réellement attirées par notre source, tous les jours, désirons-nous en rester tout près et réalisons-nous que nous avons absolument besoin de cette source pour survivre ? 

Alors le résultat en sera alors :

—-   une magnifique croissance,

Ezéchiel 31 : 4-5    Les eaux l’avaient fait croître, L’abîme l’avait fait pousser en hauteur; Des fleuves coulaient autour du lieu où il était planté, Et envoyaient leurs canaux à tous les arbres des champs. C’est pourquoi sa tige s’élevait au-dessus de tous les arbres des champs, Ses branches avaient multiplié, ses rameaux s’étendaient, Par l’abondance des eaux qui l’avaient fait pousser.

—-   et de bons fruits,

Ezéchiel 47 : 12  Sur le torrent, sur ses bords de chaque côté, croîtront toutes sortes d’arbres fruitiers. Leur feuillage ne se flétrira point, et leurs fruits n’auront point de fin, ils mûriront tous les mois, parce que les eaux sortiront du sanctuaire.

et bien évidemment, nous aurons en conséquence une meilleure résistance aux attaques extérieures, que ce soient la sécheresse ou un environnement humain hostile.

Abreuvons-nous donc auprès de notre Dieu et enracinons-nous dans sa Parole. Nous resterons ainsi vigoureux, plus résistants face aux attaques du monde et, face aux causes de pollution de notre environnement, nous ne risquerons pas non plus de devenir une source de contamination pour ceux qui nous entourent.

Si nous faisons les bons choix,  nous pourrons dire  avec Dieu en Jérémie 17 : 7-8,

Béni soit l’homme qui se confie en l’Eternel, 

Et dont l’Eternel est l’espérance !

Il est comme l’arbre planté près des eaux,

Et qui étend ses racines vers le courant ;

Il n’aperçoit point la chaleur quand elle vient,

Et son feuillage reste vert :

Dans l’année de la sécheresse il n’a point de crainte,

Et il ne cesse de porter du fruit.

J’allais oublier …. Savez-vous que l’éclairage artificiel  (les lampadaires) en retardant la chute des feuilles pourrait avoir un effet épidémiologique, encourageant ainsi la propagation de maladies ? Vérifions que notre source de lumière est bien la bonne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *