Caché au milieu des bagages …

Vos lectures de la semaine se sont bien passées ? J’espère que vous avez aimé ces lectures qui nous plongent dans le tout début de l’instauration de la monarchie en Israël.

Aujourd’hui j’aimerais vous demander un petit effort d’imagination …

Il est là … devant vous…  Il sort du milieu de la foule… Il est jeune, beau (oui oui plus beau que tous les autres…), grand, très grand (oui, il dépasse tous les autres d’une tête !), il est fort, vaillant… et tout cela sans tricherie, sans maquillage, sans boisson protéinée pour augmenter la masse musculaire … Çà y est ? Il est devant vous ? Alors laissez-moi vous présenter…

SAÜL !

Aviez-vous remarqué ce que le livre de 1 Samuel nous dit concernant Saül ? Dans le chapitre 9, les versets 1 et 2 nous donnent en une énumération concise une liste  des « qualités » physiques de notre homme :  il est fort, vaillant, jeune, beau (le plus beau), et le plus grand…. Eh bien voilà un tableau qui nous dépeint un homme que l’on verrait bien coiffé d’une couronne de Roi n’est-ce pas ? L’image d’Épinal par excellence 🙂 !

Non seulement l’apparence est pour lui (n’oublions pas que c’est le peuple d’Israël qui a demandé un roi pour faire comme les autres peuples), mais une fois oint par Samuel, Dieu l’équipe immédiatement : Il lui donne un autre cœur (1 Samuel  10:9), il est changé en un autre homme (1 Samuel 10:6), l’Esprit de Dieu le saisit et il prophétise (1 Samuel 10:10). Et c’est bien cet équipement donné par Dieu et non son apparence qui lui donne la capacité d’accomplir ce que Dieu lui demande.

Intéressant n’est-ce pas ? Dieu équipe ceux qu’il appelle (et non pas : Dieu appelle ceux qui sont équipés !) … Saül avait été choisi par Dieu, et donc rendu capable d’accomplir Sa volonté. Et pourtant nous allons voir que cet homme qui avait tout pour lui a toujours vécu avec un sentiment d’infériorité, et donc un sentiment d’incapacité qui l’a empêché de diriger de façon efficace. Au lieu de garder les yeux fixés sur la capacité illimitée de Celui qui l’avait appelé à le servir, Saül a choisi de garder les yeux fixés sur lui-même et ses propres limites. Nous verrons ainsi qu’il s’égarera  régulièrement  loin de la volonté de Dieu.

Onction de Saul par Samuel, François de Nomé 16è S.
Onction de Saul par Samuel, François de Nomé 16è S.

Samuel précise à Saül qu’il va lui annoncer la parole de Dieu (1 Samuel 9:27), puis en l’oignant d’huile, lui indique que c’est Dieu qui fait de lui un roi (1 Samuel 10:1); en l’embrassant (1 Samuel 10:1), Samuel lui montre qu’il donne son approbation à ce choix,  lui fait acte d’allégeance et lui rend  hommage. Et pour sceller le tout, Samuel lui annonce ce qui va lui arriver dans la suite de la journée,  montrant sa propre qualité de prophète et confirmant ainsi la volonté de Dieu pour Saül.

En 1 Samuel 9:21, nous voyons déjà son manque de confiance se manifester.  « Moi, de l’une des plus petites tribus d’Israël ? Moi, de la plus petite famille de la tribu de Benjamin ? ». Puis, et ce sera le sujet de notre réflexion du jour, un autre épisode en 1 Samuel 10 nous montre à nouveau cette caractéristique de Saül.  Samuel avait oint Saül en privé au début du chapitre. Mais il fallait le présenter officiellement au peuple d’Israël et surtout les convaincre qu’il s’agissait du choix de Dieu. Samuel choisit de montrer au peuple d’Israël que c’est Dieu qui choisit en faisant défiler les différentes tribus, puis les familles de la tribu désignée, pour finir par les membres de la famille que Dieu a choisie. Mais où est passé celui que Dieu choisit, Saül ? Saül a disparu… nul doute qu’il savait ce qui se passait, il savait que c’était lui que Dieu avait désigné comme roi… Ce grand gaillard, en pleine force de l’âge, vaillant, grand, beau et fort a disparu… « On le chercha mais on ne le trouva point » nous dit le texte en 1 Samuel 10:21. Il faut alors faire appel à Dieu pour savoir où se trouve Saül. Et Dieu répond : « il est caché vers les bagages »… j’avoue avoir bien ri en essayant d’imaginer cet homme, bien plus grand que tous les autres, costaud, plié en 4 au milieu des bagages pour se cacher 😀 ! Puis le texte nous dit « on courut pour le tirer de là », ce qui pourrait être traduit en fonction des termes hébreux choisis, « on courut pour l’extirper de là »… Je vous laisse imaginer la scène !

TEXT

Mettons-nous à présent dans les chaussures de Saül.  Saül part sur l’ordre de son père chercher les ânesses égarées (1 Samuel 9:3). Après un périple dans plusieurs villes sans succès, Saül et son serviteur se présentent devant le prophète Samuel qui l’installe à table, le reçoit comme un hôte de marque, l’oint roi  et le renvoie chez lui après lui avoir annoncé trois prophéties le concernant, le tout en 48 h !  Quelles aventures incroyables qui auraient très bien pu donner l’impression de vivre un rêve tout éveillé !

Mais ce n’est pas un  rêve et comme promis, Samuel réapparaît 7 jours plus tard pour une cérémonie afin d’introniser officiellement le roi devant tout le peuple… Et là, nous pouvons très bien imaginer ce qui passe par la tête de Saül et comprendre la peur qui le saisit:

  • Il est conscient de ses propres capacités et limites pour mériter une telle confiance. Il s’agit tout de même non seulement de devenir roi mais aussi d’installer la monarchie en Israël !
  • Samuel vient de dire que le peuple a péché en demandant un roi… et c’est avec colère que Dieu a accédé à leur demande. Franchement qui voudrait occuper un tel poste dans de telles conditions ?
  • Israël n’était pas à ce moment-là en très bonne posture. Les Philistins étaient un peuple très fort et les Ammonites un peuple très menaçant. Devenir Roi voulait dire se retrouver immédiatement en pleine tempête face aux peuples ennemis.

Au lieu de garder les yeux fixés sur la capacité illimitée de Celui qui l’avait appelé à le servir, Saül a choisi de garder les yeux fixés sur lui-même et ses propres limites.

Quel parallèle avec nous me direz-vous ?  Saül se cachait derrière les bagages et derrière ses craintes pour ne pas répondre à l’appel de Dieu. Et nous, derrière quels bagages nous cachons-nous pour ne pas répondre à ce que Dieu nous demande ? Avons-nous des blessures  de notre passé, des rêves brisés ? Y-a-t-il un échec ou un péché qui nous fait nous sentir indignes de le servir ? Portons-nous encore la douleur ou la perte de confiance d’une relation brisée ?  Chères amies, y-a-t-il quelque chose qui vous empêche d’accomplir Sa volonté vous donnant l’impression de ne pas être à la hauteur ?

Saül s’est mis lui-même dans les bagages, ils ne sont pas tombés sur lui.  Et souvent, nous nous accrochons à nos bagages, et avons accepté cela comme quelque chose d’inéluctable dans notre vie. Alors non, je tiens à vous dire aujourd’hui que vous n’êtes pas condamnées à « trimballer » vos valises… Galates 5:1 « C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. »

En entrant dans une relation personnelle avec notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, nous avons été rendues capables par son Esprit d’accomplir Sa volonté pour nos vies. Alors  ne laissons pas l’ennemi nous raconter des mensonges et nous pousser à nous accrocher à nos bagages et à nous cacher derrière eux, au lieu de croire les promesses de notre Dieu. Ne craignez pas de vous lancer dans l’aventure de la volonté de Dieu, car il va vous équiper pour accomplir sa volonté, tout comme il l’a fait pour Saül, vous pouvez Lui faire confiance. Entrons avec joie dans ce qu’il a prévu pour nous !

« Que le Dieu de paix, qui par le sang d’une alliance éternelle a ramené d’entre les morts notre Seigneur Jésus, le grand pasteur des brebis, vous équipe de toute bonne chose pour accomplir sa volonté, et fasse en nous ce qui lui est agréable, par Jésus-Christ, auquel soit la gloire aux siècles des siècles. Amen.  » (Hébreux 13:20-21 Traduction version NIV)

signature25

 

 

 

Quelques pensées sur “Caché au milieu des bagages …

  1. bonsoir
    les textes de cette semaine me rappelaient combien nous sommes oublieux de la bonté de Dieu envers nous. comment imaginer qu’après tous les hauts faits de Dieu pour Israël , il Le rejette en choisissant d’avoir un roi ? il n’y avait pourtant pas longtemps de cela qu’il avait compris, avec l’affaire de l’Arche, que c’est leur Dieu et non l’Arche qui pouvait les délivrer.
    semaine riche d’enseignement.
    excellent week-end

  2. Allo,
    Après avoir lu 1Samuel cette semaine l’image que j’avais du texte etait tres loin de la tienne. J’adore la façon que tu as de nous imager le texte, tu me fais sourire, repenser à ce que j’ai lu d’une toute autre manière et c’est ce qui me fais revenir sur ce blog.

    Bonne fin de semaine à vous deux

    1. Bonjour Lou ! Combien j’aime voir aussi les petits clins d’œil pleins d’humour de notre Dieu dans le texte ! Si l’on sait regarder, finalement, il y en a régulièrement :)… J’ai beau avoir lu 1 Samuel bien des fois, je ne les avais jamais remarqués auparavant ! Merci de continuer à cheminer à nos cotés et merci pour tes encouragements ! Vous savoir toutes là derrière votre écran est un moteur pour nous… Bon week-end Lou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *