Compter les moutons ….

Il y a quelques années, l’un de mes enfants m’ayant fait part de ses difficultés d’endormissement, nous avons été à la pêche aux idées pour venir à bout du problème. Compter les moutons, penser à un paysage calme et reposant, songer aux prochaines vacances, s’endormir avec ses peluches préférées ; puis nous avons essayé de décaler l’heure du coucher, pris plus de temps pour les calins du soir, lu une histoire, prier plus longuement ensemble avant de s’endormir… Rien n’y fit. Les matins, je contemplais avec tristesse les cernes sous les yeux de mon enfant sans pouvoir y remédier. Nous rendîmes même visite à notre médecin de famille pour lui demander de l’aide. Peine perdue, la cause ne fût pas trouvée.

Puis, au retour d’un séjour chez ses grands-parents, je l’entendis me dire : « Ca y est, maintenant je m’endors assez vite, c’est super ! »

Enfin soulagée par la nouvelle, je lui demandai ce qui avait changé :  « Oh, c’est très simple, maintenant je ferme les yeux ! » Franchement, nous pensions avoir pensé à tout, mais sûrement  pas à cela !

Il lui fallait s’abandonner, accepter de lâcher le contrôle sur son environnement, ne plus craindre l’éventuel monstre dans le placard, ni la microscopique araignée repérée avant de se coucher, laisser la nuit tomber sans vouloir la retenir… lâcher prise enfin en fermant les yeux.   Une  petite personnalité  qui a besoin de contrôler son environnement pour se sentir rassurée !

 

Je me demandai alors en quoi mon attitude dans ma vie chrétienne ressemblait à celle de mon enfant. Je cherchai les choses auxquelles je m’accrochais  pour en garder le contrôle,  ce que je ne voulais pas lâcher, ce que je ne voulais pas laisser aux pieds de Dieu, tout ce qui me troublait, m’inquiétait, et m’empêchait de fermer les yeux pour me reposer…

« Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? » nous est dit en  Luc 12 : 25.

C’est pourtant très simple, si je m’inquiète pour quelque chose dans ma vie, et que cela dure plus que de raison, c’est que je n’ai pas confiance en Dieu pour qu’il prenne soin de ce problème et qu’il le règle pour moi… A moins que ce ne soit parce que j’ai peur de la façon dont il va s’occuper de ce problème !  Dans tous les cas, c’est un manque de foi par rapport aux promesses que Dieu me laisse. Il a promis qu’il prendrait parfaitement soin de moi. Alors, pourquoi ne pas le croire ?  J’aime beaucoup la version « Semeur » de Philippiens 4 : 6,7 :  « Ne vous mettez en souci pour rien, mais en toute chose, exposez vos besoins à Dieu. Adressez-lui vos prières et vos requêtes, en lui disant aussi votre reconnaissance. Alors la paix de Dieu, qui surpasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera votre cœur et votre pensée sous la protection de Jésus-Christ. »  Ce verset me rappelle un des secrets pour obtenir ce repos : Elle me rappelle que ‘dire à Dieu ma reconnaissance ‘ par avance en lui confiant ce qui m’inquiète est déjà un acte de foi, qui permet à la paix de Dieu de se déverser sur moi.

Alors Seigneur, si le soir je dépose à tes pieds mes soucis, mais que le matin je suis tentée de les reprendre, aide moi à me rappeler  que « J’ai cherché l’Eternel et il m’a répondu, il m’a délivré de toutes mes frayeurs » Psaume 34 : 4.

Et pour terminer, j’aimerais vous laisser une citation de Martin Luther que j’aime beaucoup : « Priez, et laissez Dieu s’inquiéter. »

Quelques pensées sur “Compter les moutons ….

  1. Merci merci beaucoup Frédérique pour cet article qui me touche pour plusieurs raisons.J ‘ ai un de mes enfants qui présente les mêmes symptômes 😉 et parfois j ‘ ai vraiment l ‘ impression d ‘ avoir tout essayé…Je trouve le dénouement très instructif et tellement vrai dans beaucoup de mes inquiétudes du moment alors merci😊
    Cet article me touche tellement que j ‘ aimerais l ‘ utiliser pour une publication chrétienne à laquelle je participe.serait il possible qu’ on en discute en privé? Merci par avance
    Merci encore pour votre blog
    J ‘ attends avec impatience l ‘ étude sur Esther😉
    Bonne continuation dans la grâce

    1. Bonjour Lili, heureuse d’avoir pu partager cette anecdote et ce que Dieu m’a montré au travers d’elle… Pas de problème pour partager, tout ce que nous demandons est que la source soit indiquée ! Tu peux me contacter via la rubrique contact sur le site… 😊

  2. C’est très drôle, car ce matin même, je lisais Luc 12 au sujet de l’inquiétude ! Combien il est bienfaisant de se laisser porter, de se reposer entre Ses mains, car très honnêtement, l’inquiétude n’a jamais trouvé de solution ! Mais la solution, c’est laisser à Dieu le soin de prendre soin de nous ! Regardez les oiseaux du ciel, Dieu en prend soin. A combien plus forte raison prendra-t-il soin de nous ! C’est si rassurant et reposant !
    Merci pour le partage Frédérique. Dieu te bénisse,
    Liliane

    1. Ah…. la providence de Dieu, même dans nos lectures bibliques ! Merci Liliane pour ce partage, tu as raison, s’inquiéter ne change rien..et pourtant nous avons tant besoin que Dieu nous rappelle sans cesse qu’il est là, Lui, le Tout Puissant pour prendre parfaitement soin de nous !…. Bises

  3. Merci Frédérique pour ce beau message qui me fait du bien… J’ai beaucoup aimé la réponse de ton fils ;-)si simple et difficile en même temps…
    J’ai toujours l’impression que de ne pas me faire du souci veut dire que je n’attache pas assez d’importance au problème… J’ai une très mauvaise image paternelle et encore beaucoup de mal à voir tout l’amour et l’affection que le Seigneur me porte…
    J’ai vu le Seigneur réaliser des miracles ces derniers mois (sans tous ceux des années passées) et cela m’aide aussi à être plus confiante…
    Pas toujours facile de lâcher prise 😉
    Bisous et belle journée bénie

    1. Ah Denise ! Lâcher prise… tu as raison, pas toujours facile 😉 !
      Quant à l’image du Père, Je suis certaine que au fil du temps l’étude de sa Parole t’aidera à saisir toutes les dimensions de l’amour de Dieu à ton égard, la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, (Ephésiens 3:18) pour ta plus grande joie ! Les miracles de 2017 ? Merveilleux, je me réjouis pour toi, plein de pages noircies à l’encre dans ton journal de reconnaissance alors 🙂 ! Bises

  4. Merci ! J’ai entendu une fois une belle expression que je retiens à ce sujet : « Au lieu de compter les moutons, compte sur le Berger ! »
    Belle journée !
    Marie-Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *