Il est temps de rentrer (3 étapes pour un réveil spirituel)

En tant que femme nous avons tendance à avoir une petite préférence pour les pâtisseries et les desserts, n’est-ce pas ?! En France j’ai vite découvert que même si nous ne prenons pas plaisir à les préparer, il suffit de se rendre à la boulangerie la plus proche pour prendre plaisir à les admirer puis à les déguster ;). Et rien de tel qu’un petit carré de chocolat pour nous remonter le moral ou nous faire sortir d’un petit coup de fatigue !

Parfois, nous abordons notre régime spirituel de la même manière, non ? Nous préférons les sucreries. Vous savez ces parties de la Bible qui nous encouragent, qui nous donnent un petit coup de fouet, qui nous font du bien. Et dans les moments de fatigue ou de découragement, ce sont surtout les sucreries dont nous avons envie. Mais se contenter uniquement de ces portions bienfaisantes dans notre nourriture spirituelle, aura pour résultat de grandes carences ainsi que des retards importants dans notre croissance !

Si vous venez de terminer notre première semaine dans l’étude de Ruth, je vous félicite car vous avez mangé de tout excepté du sucre ! Vous avez peut-être même trouvé cette semaine difficile à digérer ? Le péché, les conséquences, la mort…tout cela ressemble plutôt à des choux Bruxelles qu’à des pâtisseries ! Cependant pour pleinement apprécier la rédemption et la joie qui nous attendent, il fallait d’abord nous arrêter sur la désolation et la tristesse réservées au pays de Moab. 

Personnellement, cette semaine d’étude a été difficile car moi aussi, je suis partie en Moab.

Alors que je professais de ma bouche : « Dieu est mon roi », je suis partie là où il n’était pas le roi de mes pensées ni de mes actions. A l’époque, je pensais simplement faire ce qu’il fallait pour « survivre » au vu des circonstances. Du point de vue extérieur, il est fort probable que personne ne se soit rendu compte que j’étais partie. Il n’était pas prévu non plus que j’y reste mais un jour passa puis un autre et puisque les circonstances de ma vie ne changeaient pas, partir et rester en Moab semblaient simplement le choix raisonnable.

Comme Naomi dans notre étude cette semaine, nous faisons souvent ce choix en nous basant sur notre instinct et notre bon sens.

Car … il est plus logique d’économiser de l’argent en vivant sous le même toit avant de se marier.

Car … il est plus raisonnable de ne pas pardonner une amie qui nous a fait vraiment trop de mal.

Car … il serait bien trop risqué de se rendre de nouveau vulnérable avec un mari qui nous a tant déçu par le passé.

Car … dans une église où nous avons été blessées, il est plus raisonnable de prendre ses distances.

Car … l’orgueil  nous dit : partons d’ici, tu mérites mieux que cela. 

Car … la peur nous fait douter de l’amour de Dieu à notre égard…et si il y avait mieux ailleurs ?

Une question de bon sens, non ?

C’est pourtant ce bon sens qui nous emmène loin de Dieu. Et ce qui était censé changer nos circonstances en mieux, n’a fait que nous emprisonner dans les conséquences de notre désobéissance. Quand je parle de cette période « Moab » de ma vie, j’emploie toujours le même type de mots pour la décrire : noir, sombre, désespoir…la mort.

J’aimerais pouvoir vous dire que depuis  je n’y suis plus retournée ni même ai voulu y passer un court séjour. Mais la réalité est que nous sommes toutes tentées, et même souvent, d’y aller et  d’y habiter un peu de temps, non ?

Ce que je veux, je ne le pratique pas, mais ce que je fais, c’est ce que je déteste. – Romains 7:15

Alors que vous  soyez encore dans le pays de Moab ou que vous soyez face à la tentation de vous y rendre un petit peu, notre lecture d’aujourd’hui nous donne espoir. Naomi, au fond de sa tristesse et des conséquences de ses choix, fait le premier pas pour revenir à Dieu. Ce retour à Dieu, vers la réconciliation et la rédemption, peut être aussi le nôtre.

Dans ce récit, nous voyons trois actions de la part de Naomi qui sont également essentielles pour nous si nous désirons aussi quitter le pays de Moab et revenir à Dieu.

Puis elle se leva, elle et ses belles-filles, afin de quitter le pays de Moab, car elle apprit au pays de Moab que l’Eternel avait visité son peuple et lui avait donné du pain. (Ruth 1:6)

Le retour de Naomi à son Dieu commence par une simple action – se lever.

Assise dans le pays de Moab, Naomi se lève. Pourquoi ? Car elle apprit…

Au premier regard, le choix de Naomi nous semble être à nouveau basé sur son « bon sens. » Il y a de nouveau de quoi manger à Bethléhem, son choix d’y retourner est basé sur les circonstances, tout comme son choix avec son son mari de quitter Bethléhem en raison de la famine avec des enfant malades. Mais cette fois-ci il n’y  avait pas réellement de raison « logique » pour Naomi de rentrer à Bethléhem. Il n’y avait pas de famine dans le pays de Moab et après plus de 10 ans elle devait certainement y être bien installée et s’y sentir chez elle.  Ses deux belles-filles qu’elle aimait prenaient bien soin d’elle et la traitaient avec bonté. Il ne faut pas oublier non plus que son mari et ses deux fils étaient aussi enterrés dans le pays de Moab.

Il n’y avait donc aucune raison vraiment « logique » pour Naomi de revenir à Bethléhem. Notre histoire aurait pu s’arrêter là. Naomi dans le pays de Moab avec ses deux belles-filles qui l’aimaient et qui prenaient soin d’elle. 

Comme Naomi, nous aurons toujours une bonne excuse pour partir « en Moab ». Et nous n’en aurions pas forcément une, pour rentrer.

 Sauf…

sauf Dieu. 

Au fond de son désespoir dans le pays de Moab, le souvenir de Bethléhem et de son Dieu revient à l’esprit de Naomi. Cette nouvelle qui lui est apportée suffit à la mettre en action. Elle se leva. Tout comme le fils prodigue qui, alors qu’il avait atteint le fond de sa folie, se souvint de la maison de son père et qui, lui aussi, se leva (Luc 15:18-20)

Alors que Dieu permet que les conséquences de notre départ et de notre désobéissance produisent la tristesse et la mort en nous, c’est en fait sa grâce qui est à l’oeuvre pour nous ramener à Lui, là où il y a la vie.

Cette histoire de Naomi est un bel exemple de comment Dieu s’intéresse d’une manière très personnelle et intime à la vie de ses enfants. Dieu dans sa souveraineté contrôle et utilise chaque circonstance de notre vie pour concourir au bien de ceux qui l’aiment, tout en nous laissant la totale liberté de nos choix.  Il désire nous reconduire à Lui-même quand nous tombons loin de Lui, mais sans jamais nous forcer la main. Cette étape de notre réveil dépend alors plus de Lui que de nous. Cela nous ne vous encourage-t-il pas grandement de voir que même lorsque nous sommes toujours dans le pays de Moab, il vient à notre recherche ?! Comme une brebis perdue, il vient nous trouver. 

Car, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.
– Romains 5:8

Se lever est donc la première étape qui nous incombe en réponse à son amour pour nous. Une confession visible de nous-même et des autres, confession de ce que « Moab » n’est pas là où nous devons être.

Elle sortit du lieu qu’elle habitait, accompagnée des ses deux belles-filles…

Ensuite Naomi sortit, elle quitta le pays de Moab. Par son départ elle laissa le passé derrière elle.

Souvent dans notre vie nous voulons « le beurre et l’argent du beurre ». Nous voulons la bénédiction et la bonté de Dieu sans l’obligation de changer quoi que ce soit dans notre vie. Mais nous ne pouvons prétendre recevoir la guérison ou la bénédiction de Dieu tant que nous sommes toujours dans notre péché, tant que nous habitons dans le pays de Moab.

La 2ème étape pour revenir à Dieu est de quitter le pays de Moab. Cela peut-être physiquement, de quitter un lieu, mais aussi cela peut être de quitter des comportements, des habitudes, des amitiés… Cela demandera toujours une séparation nette d’avec notre péché.

En effet, nous sommes, nous, le sanctuaire du Dieu vivant, ainsi que Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et eux, ils seront mon peuple. Aussi sortez du milieu d’eux et séparez-vous, dit le Seigneur ; ne touchez pas ce qui est impur. – 2 Corinthiens 6:16-17

Et elle se mit en route pour retourner dans le pays de Juda.

La 3ème étape est une mise en marche ! Une séparation nette d’avec Moab signifie le choix de marcher désormais dans la repentance et l’obéissance. 

Alors que Naomi retourna à Bethléem, le narrateur décida d’utiliser le nom de la région, plutôt que la ville, Juda – l’endroit de louange. Cela vous touche ? Alors que nos craintes et notre orgueil nous conduisent dans le pays de Moab loin de Dieu, la crainte de Dieu nous conduit à la connaissance (Prov 1:7)  et de Le connaître est la vie éternelle (Jean 17:3), c’est-à-dire l’endroit de louange sans fin (Apoc. 22:3)!

La crainte du Seigneur mène à la vie -Proverbe 19:23

Quand Dieu dans son amour, révèle en nous un endroit du type « Moab » et nous rappelle  sa bonté, faisons le choix de nous lever. Séparons-nous ensuite du péché puis marchons dans le chemin de l’obéissance. Revenons à Lui.

Tant que nous sommes sur cette terre, il n’est jamais trop tard et nous ne sommes jamais trop loin pour revenir à Dieu. Ne tardons pas, Il nous attend les bras grands ouverts.

Quelques pensées sur “Il est temps de rentrer (3 étapes pour un réveil spirituel)

  1. Avec retard, j’ai décidé de prendre cet AM ; un crayon, un cahier et de commencer l’étude de Ruth.
    Cette première partie m’a interpellée plusieurs fois.

    Ce qui paraît être du bon sens aux yeux du monde fait de nous des insensés aux yeux de Dieu.
    Je pense que je serais sans aucune hésitation partie avec mes enfants en Moab.
    Mais c’est en fait ne pas faire confiance à Dieu , c’est aussi lui désobéir.

    Et oui lorsque l’on lit la bible on aime y trouver des versets réconfortants, « des sucreries ». là ma lecture fut pire qu’ une assiette de choux de bruxelles.
    Merci mon Dieu de m’avoir parlé à travers cette première partie de l’étude de Ruth.

    Merci Annie pour cette étude

    1. Bienvenue Chantal ! Je suis ravie que vous vous joigniez à nous pour cette étude de Ruth ! Bravo déjà d’avoir terminé cette première semaine qui n’était pas facile mais oui, très importante pour chacune de nos vies ! Que le Seigneur vous fortifie et vous encourage pour la suite et à très bientôt ! 🙂

  2. Merci infiniment Annie pour ce partage tout en vérité… Je sais bien pourquoi j’aime venir sur ce blog, c’est parce que je m’y reconnais et que grâce à ton témoignage et surtout grâce à Dieu et à sa Parole je reprends courage…
    Moi aussi j’ai une trop grande tendance aux « sucreries » hélas !!! Mais voilà que je veux me lever et quitter (mon) Moab et retourner à Dieu…
    Merci !

    1. Merci Mamie-Thé de tout coeur 💛. Sa Parole en effet est notre guide et quelle bénédiction de pouvoir faire ce chemin ensemble entre soeurs !
      Bon weekend dans sa grâce et à très bientôt !

  3. Merci Annie pour le début de cette étude.
    C’est rare de décortiquer le choix tout humain fait par Elimelek et Naomi. Merci de nous rappeler cette partie souvent occultée du livre de Ruth. Courte partie qui nous rappelle violemment les conséquences de nos mauvais choix. Merci d’avoir eu ce courage et de l’avoir si bien développé et argumenté. La parole de note de Dieu est complète… C’est bête à dire mais tellement beau à constater chaque jour. Sois richement bénis pour ton travail. Bonne journée.

    1. Merci de tout coeur Christelle pour tes encouragements ! Je te comprends car c’est tout à fait ma réaction devant ce petit livre de Ruth – sa Parole est vraiment complète et tellement riche ! Bon weekend à toi et à très bientôt ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *