Jalouse, moi ? Jamais !

Avant de m’être mise à travailler sur cet article, j’avoue que je me disais que je ne me sentais pas particulièrement concernée par le sujet. Mais à mieux y regarder…

La jalousie existe depuis bien longtemps. Nous la voyons déjà se profiler en Genèse 4 entre les deux premiers frères de l’histoire de l’humanité, Abel et Caïn.  Puis en Genèse 25, Jacob est jaloux d’Esaü. Et enfin, toujours en Genèse chapitre 37  les frères de Joseph sont jaloux de son manteau multicolore, démonstration de l’amour paternel. Et nous ne sommes qu’au tout premier livre de la Bible…

la jalousie
Qu’en est-il de notre propre vie ?

Pensez-vous que parfois il vous arrive de ressentir de la jalousie envers d’autres femmes autour de vous ? Peut-être est-ce  parce qu’unetelle chante mieux que vous ?  Peut-être est-ce une jalousie envers la beauté de telle autre ,  la promotion qu’elle a obtenue ou ses moyens financiers ? Peut-être est-ce concernant ses enfants que vous trouvez parfaits alors que vous-mêmes vous débattez dans des difficultés sans fin avec l’un des vôtres ? Ou êtes -vous jalouse de son mariage que vous trouvez plus épanoui que le vôtre ?

Nous pouvons avoir l’impression que cette jalousie est dans un petit coin de notre esprit, bien cachée, dans le secret, mais ne nous méprenons pas, si nous ne réglons pas la chose, cela naviguera jusqu’à notre cœur et finira par sortir de notre bouche… Luc 6:45 nous dit que c’est de l’abondance du cœur que la bouche parle, et tôt ou tard, cela sortira, parfois au travers de paroles, parfois au travers d’actes, ou même de l’absence d’actes envers cette personne que nous jalousons. On se met à critiquer la personne que l’on jalouse comme pour l’abaisser à nos propres yeux et aux yeux des autres, on cherche ce qui ne va pas dans sa vie pour le montrer du doigt, on ne ressent plus de compassion et d’amour envers elle. N’ayons pas peur des mots, notre attitude devient une façon de lui nuire…

Cette jalousie prend racine dans le fait que nous n’arrivons pas à nous satisfaire de ce que Dieu nous a donné, et nous cherchons alors dans la vie des autres ce qui, à notre idée, nous manque pour nous sentir comblées.

Et c’est exactement ce qui arrive à Saül, qui ne peut accepter la royauté de David et qui va le jalouser au point de vouloir le tuer, lui, qui, il y a quelques chapitres à peine, ne voulait pas de la royauté et se cachait dans les bagages ! C’est un comble…

Mais au lieu de nous focaliser sur Saül aujourd’hui j’aimerais que nous regardions plutôt Jonathan, dont l’attitude est remarquable ( dans tous les sens du terme ! ).

Jonathan est le fils de Saül et à ce titre est le premier en ligne pour prétendre au trône. De plus il s’est fait remarquer en « opérant une grande délivrance en Israël » (1 Samuel 14:45)  par un acte de bravoure et de foi contre les Philistins. Cela lui a obtenu l’admiration et la reconnaissance du peuple d’Israël.

Jonathan et David sont d’âges différents, de  tribus et milieux différents sans compter leurs expériences passées. Il aurait été légitime que Jonathan ait du ressentiment ou exprime de la jalousie envers l’arrivée soudaine de David sur la scène. Jonathan en effet avait à perdre dans l’histoire ce que David, lui, à gagner : le trône et la renommée. Dans un tel contexte il est habituel de voir l’homme dans la position de Jonathan subtilement discréditer et critiquer « le David », lui rendant les choses plus difficiles, lui tournant le dos, ou cherchant à lui faire quitter le droit chemin… Et pourtant, nous voyons Jonathan épouser une attitude à laquelle nous ne pouvions nous attendre.  Au lieu d’en vouloir à David,  » il l’aime comme son âme  » (1 Samuel 18:1). Au lieu de prendre ses distances  vis à vis de celui qui pouvait passer pour un arriviste, son âme  » fût attachée à l’âme de David ». En anglais une des traductions choisie pour le mot « attaché » est le mot « knit » qui veut dire « tricoté » , cela nous donne une représentation bien palpable du mot hébreu. Sans aucun doute, Jonathan a répondu à la grâce manifestée dans la personne de David. Dans le chapitre 18,  à six reprises  le mot « aimé » est utilisé vis à vis de David. Il était aimé  par Jonathan (deux fois), par les serviteurs de Saül,  par tout Israël et Juda, par Mical (deux fois). Mais alors que le succès de David faisait forcément tomber le nom de Jonathan aux oubliettes aux yeux de tous, nous voyons  la réponse de Jonathan au succès  de David révéler son attachement aux principes et valeurs spirituels plutôt qu’à des priorités du monde et égoïstes.

Jonathan et David - âmes attachées

Le passé que nous connaissons de Jonathan nous montre que son ardeur était davantage dirigée vers des motifs désintéressés : le bien-être du peuple et le respect du nom de Dieu. Sa présence dans l’armée de Saül n’avait rien à voir avec le désir de se faire une réputation ou de gagner des faveurs ou honneurs. Il avait un vrai fardeau pour le peuple et pour le Dieu d’Israël. Et lorsque  le vœu insensé fait par Saül menace la vie même de son fils, nous ne  voyons pas broncher Jonathan (1 Samuel 14 : 43-45) et il faut que les soldats se lèvent pour s’opposer à la volonté de Saül.

La leçon que nous pouvons tirer de ces chapitres est que la jalousie, l’amertume ou la haine jaillissent de priorités du monde et égoïstes, alors que l’amour pieux jaillit lorsque l’on se préoccupe du royaume de Dieu et de l’évangile. Les chrétiens dont la préoccupation première est la gloire de Christ ne manifesteront pas un esprit de parti qui divise les chrétiens, montrant plutôt leur préoccupation  pour l’intégrité biblique, la sainteté et  la grâce. Si  notre but est de toucher ceux qui sont perdus au moyen de l’évangile, nous ne nous inquiéterons pas de qui Dieu bénit dans ce travail, puisque c’est son Eglise que Dieu bénit.  Plutôt que d’envier les dons ou les appels des autres,  nous nous réjouirons comme Jonathan des dons que Dieu donne, et nos âmes seront attachées à celles des autres qui travaillent pour le Royaume de Dieu.

Médatille allemande de l'amitié - Jonathan et David - 1710
Médaille Allemande de l’Amitié – Jonathan et David – 1710

Il n’y avait pas grand chose de standard dans leur relation pourtant si proche. Ils n’étaient pas proches en âge, n’appartenaient pas au même milieu,  rien de commun non plus dans leur passé ou dans leurs expériences. Quel était leur point commun ? Ils étaient liés par leur foi en Dieu.

Ce que nous voyons en Jonathan n’est rien de plus qu’un homme qui s’est affranchi du mode de pensée du monde et des préoccupations égoïstes afin d’aimer vraiment  Dieu et les autres.  Il incarne parfaitement Luc 10:27 :  » Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même. »

Quelle différence cela ferait dans nos vies si nous nous rendions libres de cette attitude du monde qui consiste en la jalousie et la convoitise, faisant confiance à Dieu pour pourvoir à tous nos besoins et donnant pleinement nos cœurs à la cause du royaume de Dieu et de l’évangile de Christ ! N’est-ce pas ?

signature25

 

JEU POUR LES 9-16 ans

J’avais donné rendez-vous aux jeunes entre 9 et 16 ans aujourd’hui. Avez-vous lu et étudié le chapitre 17 de votre côté ? J’ai un petit jeu ci-dessous que je vous propose; nous avons créé avec ma fille de 16 ans un jeu baptisé « les mots croichés » ! Un mélange de mots cachés et mots croisés … Je vous laisse l’imprimer et trouver  les mots. Une fois terminé, envoyez moi par mail ( jusqu’au 19 février ) la photo ou le scan de votre grille avec les mots entourés à l’adresse suivante :  frederiquearobasevivredanslagrace.com (remplacer arobase par @) en mentionnant votre prénom et votre âge. Il y aura un petit cadeau expédié pour chacun, même si vous habitez au bout du monde ☺!

JEU à télécharger

Quelques pensées sur “Jalouse, moi ? Jamais !

  1. Bonjour Frédérique,
    Merci pour ces magnifiques paroles.
    Une petite question, le jeu est-il valable pour un enfant de 7 ans.

    Merci d’avance.
    Marlène

    1. Bonjour Marlène,
      Le jeu risque d’être un peu difficile et la version Segond un peu compliquée pour 7 ans, mais avec l’aide d’un adulte pour comprendre le vocabulaire et chercher, cela devrait pouvoir se faire ! J’accepte avec plaisir ce petit candidat… Que cela lui donne envie de lire la Bible est mon plus cher désir ☺ !

  2. Bonjour Frédérique et merci merci pour cette étude de 1 Samuel.
    Je ne l ‘ avais jamais lu en voyant tous ces aspects pratiques pour nos vies quotidiennes:jalousie,obéissance,service,combat,puissance de la prière…
    Ça me motive vraiment à lire un chapitre par jour et suivre la méthode.alors merci du fond du coeur 😊
    Je prie pour que vous puissiez persévérer dans ce service.
    Merci aussi pour tout ce qui est fait pour les enfants.
    bien fraternellement

    1. Bonjour Lili,
      Merci pour ton gentil message qui nous encourage à persévérer, car nous marchons par la foi sans vraiment voir l’impact de notre travail, faisant confiance à Dieu pour honorer sa promesse que Sa Parole ne reviendra pas à lui sans avoir accompli ses desseins… Mais vos petits messages à toutes nous font toujours tellement plaisir et nous poussent à tenir bon ! Sache que, tout comme toi, je me régale à découvrir avec joie le côté contemporain de ce livre 1 Samuel 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *