Psychologie et gratitude

Nous avons évoqué au début de cette étude l’existence  de nombreux défis de reconnaissance sur internet, défis sans rapport avec la Bible. Les bienfaits « connus » de la gratitude dans la vie ont piqué ma curiosité, et j’ai voulu chercher un peu plus loin dans cette direction.

Robert Emmons, Professeur en psychologie aux Etats Unis est reconnu comme l’un des plus grands spécialistes du sujet.  Ayant commencé  avec Mike Mc Cullough à réaliser quelques expériences sur les effets de la gratitude dans la vie d’un échantillon de plusieurs centaines de personnes, les résultats ont été tels qu’il n’a cessé de travailler le sujet pour essayer d’en extraire tous les secrets !

Sa première expérience durant 10 semaines: 3 groupes de personnes ont été constitués. Le premier devait une fois par semaine indiquer en une phrase 5 choses positives survenues la semaine précédente, le deuxième groupe 5 choses/tracas désagréables, et le troisième groupe servait de référence en notant 5 événements/circonstances de la semaine précédente.  Dans les phrases notées, les choses positives allaient « des amis » au « coucher de soleil », en passant par le fait d’être en vie, les choses négatives « de la difficulté de trouver une place pour se garer » aux « impôts » en passant par le plat de macaronis brûlé. Puis par un questionnaire précis, tenu comme un journal quotidien, des données sur leur bien-être ont pu être rassemblées.

Les résultats : Au bout de 10 semaines, le degré de bonheur du groupe 1 a été estimé au moins supérieur de 25% à celui des deux autres groupes. Moins de symptômes de maladie, moins de tracas de santé, et curieusement plus de temps d’exercice physique.

Intrigués par ces résultats ils ont poussé l’expérience plus loin avec d’autres groupes de participants et voici ce qu’ils ont trouvé après plusieurs autres expériences, cette fois-ci en demandant aux participants de faire cet exercice tous les jours au lieu d’une fois par semaine. Les participants du groupe 1 se sont montrés : + joyeux, + optimistes, + intéressés par différents sujets, + attentifs, + énergiques, + stimulés, + déterminés et + forts.  De plus les personnes de ce groupe on été beaucoup plus vers les autres pour leur offrir soutien émotionnel ou aide dans un problème personnel. Leur entourage les a trouvés plus serviables.

Les études se sont succédé et les résultats ont été impressionnants :

  • Sur le plan psychique : les participants ont beaucoup plus profité des situations positives de leur vie, ont été de meilleure humeur. Un lien évident s’est avéré entre la reconnaissance et la déprime : plus les participants étaient reconnaissants, moins ils étaient touchés par la déprime. La reconnaissance a renforcé les liens sociaux, et la réussite des mariages était plus importante. Ce bonheur était durable : beaucoup ont fait le choix de continuer leur journal de reconnaissance une fois l’étude terminée. L’estime de soi s’est également trouvée augmentée.
  • Sur le plan physique : ils ont été moins malades, ont bénéficié d’une vie plus longue (étude spécifique effectuée sur des personnes déjà très âgées), ont eu un rythme cardiaque plus régulier, ont eu une tension mieux régulée. Une baisse du niveau de stress et d’angoisse a été observée, ainsi que le niveau de douleur physique ressenti.  Ils ont mis moins de temps pour s’endormir et se sont réveillés plus reposés.

« Si vous souhaitez mieux dormir, comptez les bienfaits, pas les moutons. »  Robert Emmons

Voici donc les effets « extraordinaires » observés par des psychologues. Qu’en est-il de la Parole de Dieu ? Nous allons découvrir cette semaine les effets de la reconnaissance sur nos vies d’après ce que Dieu nous dit !

Le défi

J’espère que vous continuez à remplir votre journal quotidien de reconnaissance… et que les lignes ci-dessus vont vous encourager à tenir bon ! Avez-vous au sein de votre foyer des personnes qui ne partagent pas votre foi ? Alors voici peut-être un bon début : les encourager à tenir leur propre journal de reconnaissance !

Robert  Emmons précise quelques pré-requis pour obtenir ces résultats, pré-requis dont nous pouvons nous inspirer : « Remplissez tous les jours votre journal de reconnaissance, et n’hésitez pas à décomposer vos sujets : plutôt que de dire -reconnaissant pour ma femme- (R. Emmons) j’ai mis :  reconnaissant pour toutes les heures de labeurs  consacrées à s’occuper de la maison et de nos fils afin que je puisse finir d’écrire ce livre. »

 

 

 

Quelques pensées sur “Psychologie et gratitude

  1. Merci pour votre méditation encourageante et bénéfique. Merci pour tout ce que vous m’apprennez par cette étude. Très reconnaissante…. Merci.

    1. Merci Maria ! Quelle richesse que la Parole de Dieu n’est-ce pas ? et il est toujours si intéressant de voir le monde s’inspirer de ce qu’elle nous enseigne, comme l’exercice de la gratitude … 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *