Vous ne pourrez plus porter votre pantalon en stretch sans penser à la femme de Proverbes 31 !

L’IDAF (Institut des Dirigeants d’Associations et Fondations) a effectué fin Novembre 2016 une étude (1) sur la générosité des français.  Les résultats paraissent bien surprenants : Les foyers à revenus modestes (revenu imposable inférieur à 15 000 euros) sont les plus généreux, affectant 1.39% de leurs revenus à des œuvres diverses, alors que pour les tranches supérieures de revenus la part de dons varie entre 0.7 et 1 % .  Et les foyers non imposables ? Nous pourrions être surpris si nous pouvions avoir les statistiques… Voyons à présent ce que la Bible en dit.

V. 20 : Elle tend la main au malheureux, Elle tend la main à l’indigent.

Le verset 20 de Proverbes 31 est construit selon un mode poétique que l’on retrouve régulièrement dans les textes bibliques de l’Ancien Testament. Les deux parties de la phrase évoquent la même idée, mais avec quelques différences mineures, insistant ainsi sur une caractéristique importante de cette femme : la compassion suivie d’action. Nous avons vu dans notre cahier d’étude cette semaine les différences entre les deux mots en hébreu traduits en français par « main » dans la version Segond. A présent regardons le verbe : « tend ».  Dans la version Segond c’est à nouveau le même mot français dans les deux parties du verset alors que dans la version hébraïque, ce sont deux mots différents.

Le premier mot « paras » a le sens de tendre (la main) pour répandre, alors que le deuxième « shalach » a le sens de tendre en prolongeant, augmentant, agrandissant, donnant son maximum. En anglais, la traduction NASB dit très justement « stretch »,  comme ce pantalon que vous aimez tant, celui qui a ce petit truc en plus, ce stretch, qui permet d’aller au delà des limites de la taille et qui rend soudain ce mot « shalach » bien palpable 🙂 !

L’idée est bien d’aller au delà de notre zone de confort pour aider les autres… Mais, le faisons-nous ?

Être remuée dans ses intestins …

Avant de donner, il faut être capable de ressentir de la compassion. L’étymologie du mot compassion signifie « souffrir avec ». Sommes-nous réellement capables de souffrir avec ceux qui souffrent  ?

Qui est notre modèle de compassion ?   Jésus bien entendu ! Nous trouvons à 12 reprises l’expression « ému de compassion » dans les évangiles, devant les foules assemblées, fatiguées, affamées ou malades.  Et savez-vous ce que veut dire ce mot grec traduit en français par « ému de compassion »  : « Etre remuée dans ses intestins ! » Cela nous donne une idée du bouleversement intérieur que nous devrions vivre lorsque nous sommes émus de compassion. Christ manifeste ainsi magnifiquement l’un des attributs de son Père : Psaume 96:15 « Mais toi, Seigneur, tu es un Dieu miséricordieux et compatissant, Lent à la colère, riche en bonté et en fidélité; » Lamentations 3:22-23 « Ses compassions ne sont pas à leur terme; Elles se renouvellent chaque matin.  » Hum…. Je me demande si je suis réellement « remuée dans mes intestins » lorsque je suis face à quelqu’un qui souffre…

On dit en français « ressentir de la compassion » ce qui pourrait nous faire croire que la compassion est un sentiment qui nous tombe dessus, comme ça ! Regardons ce que nous dit la Parole. Éphésiens  4:32 Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. 1 Pierre 3:8 «Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité.» Colossiens 3:12 « Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’ardente compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. » Bilan ? Regardez bien les verbes, ils sont tous à l’impératif; il s’agit donc de commandements. C’est le résultat d’un acte de volonté, Il nous faut nous mettre en marche pour revêtir cette compassion, la nourrir et la pratiquer. Elle doit être la réponse volontaire de notre cœur à la souffrance des autres. Il nous est donc impossible de nous retrancher derrière l’excuse :  « Ce n’est pas dans mon tempérament ».

Être remuée dans ses intestins…. pour se tourner vers les autres et agir !

Jacques 2:15-17 « Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour, et que l’un d’entre vous leur dise: Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez! et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il? Il en est ainsi de la foi: si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même »

Proverbes 3: 27-28 « Ne refuse pas un bienfait à celui qui y a droit, Quand tu as le pouvoir de l’accorder. Ne dis pas à ton prochain: Va et reviens, Demain je donnerai! quand tu as de quoi donner.… »

Notre verset 20 montre que cette femme ne répond pas à des sollicitations de la part des malheureux mais va au devant d’eux pour répondre à leurs besoins. Elle n’est pas passive mais bien active. Soyons attentives à ceux qui nous entourent (ici ou ailleurs), soyons sensibles à leurs besoins pour agir au temps convenable, et manifestons notre compassion en leur tendant la main, que ce soit par une aide matérielle ou pratique, ponctuelle ou a plus long terme. Cherchons auprès de Dieu dans la prière la sagesse pour savoir comment et à qui répondre aux besoins, nous avons en effet besoin de discernement pour fournir l’aide nécessaire.

Nous servons un Dieu très généreux, nous devons nous aussi être généreux pour refléter son amour en nous et autour de nous. Contredisons les statistiques du début de ce post ! Dieu  nous a beaucoup donné, alors donnons beaucoup à notre tour, de notre temps, de notre énergie, de notre argent, de nos talents, donnons !

Et puis … si nous donnons déjà, étendons notre main encore un peu plus loin comme la femme de Proverbes 31 (rappelez-vous le jean stretch du début 😉 !), sortons de notre zone de confort, et mettons Dieu à l’épreuve, Ses promesses sont là, Il les accomplira car Il est fidèle.

Malachie 3:10 « Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. »

*** A vous ! Y-a-t il quelque chose que vous pourriez changer ? Plus de compassion ?  Donner davantage ?  Tirer un peu plus sur le stretch  😉 ? Demandez à Dieu de vous montrer cette semaine ce que vous pouvez faire pour venir en aide à quelqu’un…  retournez à notre étude d’hier vendredi (ou à votre cahier) et regardez les suggestions . Voudriez-vous revenir ici  et partager , ci-dessous en ajoutant un commentaire, les façons de donner que vous pratiquez vous-mêmes, ou que votre église ou des amis pratiquent ? Vous serez ainsi une inspiration et un encouragement pour d’autres !

Bon weekend à toutes !

 

 

 

(1) http://www.associations.gouv.fr/IMG/pdf/la_generosite-2016-vf.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *