Une pluie de bénédictions au milieu des heures sombres de David…

Tout d’abord, bravo à toutes celles qui se sont accrochées durant les lectures de 2 Samuel. Cette fois-ci les textes n’ont pas été faciles n’est-ce pas ? C’est le moins que l’on puisse dire…  même si nous savons que tout ce que Dieu a écrit est pour notre instruction ! Je suis certaine que votre persévérance sera récompensée… Tenez-bon, il nous reste une petite semaine 😉 !

Alors que nous avons pratiquement terminé notre livre, nous allons voir aujourd’hui comment Dieu a inondé David de sa grâce, et ce, de manière tout à fait inattendue, alors que la situation semblait désespérée…

Replaçons-nous tout d’abord dans le contexte de notre début de semaine.  Absalom, le propre fils de David, mène une véritable campagne électorale , court-circuitant David aux portes de Jérusalem. Il part  pour Hébron sous un faux motif, s’y auto-proclame Roi, complote et œuvre pour prendre la place de David dans le cœur du peuple d’Israël, et dans la ville de Jérusalem. Un vrai coup d’état… David traverse des heures très sombres où la solitude et l’abandon le frappent de plein fouet. C’est alors que la pluie de bénédictions sur David commence :

2 Samuel 15:13 — Bénédiction 1

« Quelqu’un » dont nous ne connaissons pas le nom vient informer  David que le cœur des hommes d’Israël s’est tourné vers Absalom. Première Bénédiction. David est prévenu de ce qui se passe dans son royaume. Il encourage ses serviteurs à s’enfuir, rassemble sa famille ( exceptées 10 pauvres concubines dont le sort sera scellé…), et quitte Jérusalem, suivi par le peuple. Ce « quelqu’un » tient suffisamment à David pour agir en fonction de ses intérêts,  et prendre soin de lui en le prévenant.

2 Samuel 15:18 — Bénédiction 2

600 hommes de Gath avec Ittaï emboitent le pas de David. Vous rappelez vous où nous avons entendu parler de Gath ? Il s’agit de 1 Samuel 17:4, la ville d’origine de Goliath. Ittaï et les 600 hommes qui l’accompagnent sont donc des étrangers à Jérusalem, arrivés depuis peu dans la ville (v. 20), et à ce titre ne craignent pas l’arrivée d’Absalom. David les encourage à rester dans la ville et servir le « nouveau roi Absalom ». Mais que nous dit le texte ? Le verset 21 nous indique qu’Ittaï reconnait la suprématie de l’Eternel, ainsi que David comme son roi. Incroyable ! (En passant, vous ne trouvez pas que ces paroles nous font penser aux paroles de Ruth la moabite qui choisit de partir avec Naomi ? Ruth 1:16-17)  Ittaï n’est pas sans savoir que David a tué Goliath, puisqu’il est originaire de la même ville. D’ennemi/ennemi, il passe à une relation de sujet/Roi. Et non seulement il veut le suivre, mais il est prêt à mourir pour lui. Alors que David est à la limite de Jérusalem, près de la dernière maison nous dit le verset 17,  sur le point de recommencer cette fuite insensée que nous avons vue en 1 Samuel, et cette fois-ci pour se protéger de son fils… c’est alors que cet homme, Ittaï, se présente comme un vrai cadeau de loyauté et fidélité, accompagné de 600 hommes ! Nous verrons que la loyauté d’Ittaï est telle que David lui confiera 1/3 de son armée lors de la bataille contre Absalom. Il choisit de rester à ses côtés quelles que soient (ou seront) les circonstances.

2 Samuel 15: 24 — Bénédiction 3

Tsadok et Abiathar (et leurs deux fils) suivent avec les Lévites portant l’arche. David sait que la place de l’arche est à Jérusalem, pas auprès de lui. IL fait confiance à Dieu pour sa volonté qui est parfaite et accepte même l’éventualité d’abandonner son trône. Il demande à Tsadok et Abiathar de retourner à Jérusalem avec leurs deux fils et l’arche.  Ces deux hommes se soumettent à la volonté de leur roi et vont ainsi constituer le noyau  d’un réseau de renseignements au cœur de Jérusalem. Ils font ce que David leur demande.  Encore un bel exemple de loyauté et fidélité !

2 Samuel 15 : 32 — Bénédiction 4

Huschaï apparaît sur la scène brutalement, et dans un état épouvantable. Les vêtements déchirés et la tête couverte de terre sont les marques d’une détresse absolue (rappelez-vous les amis de Job en Job 2:12)  Hushaï compatit avec David, son message est :  « Je sais ce que tu vis, je sais que tu es à bout. Mais je suis là, à tes cotés ». …Un peu plus loin le  verset 37 nous dit que Hishaï était l’ami de David. Il va écouter David et devenir « conseiller » d’Absalom, un outil très utile dans les mains de David, une des pièces maîtresses du réseau de renseignements du Roi.

2 Samuel 17:28 et 29— Bénédiction 5

Schobi, Makir et Barzillaï  apportent à  David « des lits, des bassins, des vases de terre, du froment, de l’orge, de la farine, du grain rôti, des fèves, des lentilles, des pois rôtis,  du miel, de la crème, des brebis, et des fromages de vache. Ils apportèrent ces choses à David et au peuple qui était avec lui, afin qu’ils mangeassent; car ils disaient : Ce peuple a dû souffrir de la faim, de la fatigue et de la soif, dans le désert. » David était alors à Manahaïm. Le nom de Manahaïm a été donné par Jacob à l’endroit où les anges sont venus le servir (Gen 32:2). Ces trois hommes sont venus pourvoir aux besoins de David (et du peuple) sans qu’on leur ait demandé quoi que ce soit. Ils se sont souciés de son bien-être et ont donné bien au delà du nécessaire. Makir était celui qui avait accueilli chez lui le fils de Jonathan, Méphiboscheth. Barzillaï était âgé de 80 ans et a utilisé ses biens matériels (c’était un homme riche) pour pourvoir aux besoins de David et son peuple (2 Samuel19:32) . Générosité.

2 Samuel 19:4-7  — Bénédiction 6

David vient d’apprendre la mort d’Absalom. Il est désespéré, le chagrin l’étouffe.  C’est alors que Joab le rejoint dans sa souffrance pour l’aider à en sortir. Avec affection il lui rappelle le sacrifice opéré par tous ceux qui l’entourent, qui ont tout risqué pour lui, mettant leur vie à ses pieds. Il dit la vérité avec amour. Soyons claires, Joab secoue David pour qu’il reprenne enfin sa place et son attitude de Roi. Et David l’écoute au verset 8 : il se lève et reprend son poste aux portes de la ville.

Dieu a amené toutes ces personnes autour de David, dont certaines auront même collaboré, œuvrant ensemble par la suite pour son bien être. Avez-vous de telles amies autour de vous ? C’est une des précieuse bénédictions de notre Dieu. L’amitié est quelque chose qui se travaille, qui s’entretient.  Il faut la nourrir pour la faire vivre et grandir. Cultivez-vous vos amitiés ? Faites-vous ce qu’il faut pour les faire grandir ? Montrez-vous à vos amies que vous les aimez ?

Et vous ? Êtes-vous une amie comme ce que nous venons de voir ? Agissez-vous dans l’intérêt de vos amies (comme le « quelqu’un » de la bénédiction 1) ? Restez-vous auprès de vos amies quelles que soient les circonstances comme Ittaï ? Celles d’entre vous qui ont vécu des choses très difficiles dans leur vie seront d’accord avec moi pour dire qu’un « ménage » naturel se fait alors autour de nous… Êtes-vous prêtes à faire ce que vos amies vous demandent pour les aider comme Tsadok et Abiathar ? Êtes-vous capables de compassion comme Huschaï, vous tenant aux cotés de vos amies de façon inconditionnelle ? Arrivez-vous comme Schobi, Makir et Barzillaï à deviner et anticiper les besoins de vos amies ? Une petite carte faite maison, un délicieux cake au chocolat, un bouquet de fleurs, un petit sms… Êtes-vous généreuse avec votre temps, votre maison, vos biens, vos talents ? Il y a 1001 façons de pourvoir aux besoins émotionnels ou physiques de nos amies. Et chacune de ces façons atteindra son but, je peux vous l’assurer.  Et pour finir êtes-vous comme Joab, prête à dire les choses telles qu’elles sont pour éviter à vos amies de faire des choix qui pourraient être lourds de conséquences ?

Non, j’avoue que je ne fais pas toutes ces choses, j’ai encore du travail pour être une très bonne amie. Et je suis reconnaissante que Dieu dans sa Parole, nous ait donné tant d’exemples magnifiques d’amitié pour nous inspirer et nous amener encore plus haut dans nos relations les unes avec les autres pour nous consoler, nous encourager, nous faire du bien mais aussi parfois nous « secouer » ! Je suis également reconnaissante pour toutes les amies que Dieu m’a données, elles me sont si précieuses…Essayons ce weekend de faire la différence dans la vie d’une amie, d’une manière ou d’une autre, vous voulez bien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *