Ruth : Semaine 6 — Rédimée !

Bonjour mes chères soeurs et bienvenue dans la dernière semaine de notre étude  de Ruth !

Cette semaine nous allons voir ensemble ce dernier chapitre 4, si riche que nous aurions pu facilement y passer deux semaines pour tout voir. Alors que nous arrivons à la fin, nous découvrons d’une manière très claire le cœur de ce livre.

Rédimé !

Le mot rédimé n’est pas un mot souvent employé en français. Pour preuve, chaque fois que je le tape, mon auto-correcteur n’est pas content ! En français ce mot veut dire racheté ou sauvé par la rédemption. Dans nos Bibles, à la place de rédimé, nous pouvons  aussi trouver les traductions affranchie, libérée

Alors que nous avons peut-être du mal à saisir toute l’importance d’un parent rédempteur et du rachat au sens hébraïque, nous verrons cela cette semaine sous une autre lumière pour nous révéler toute l’importance de cette histoire dans l’Ancien Testament.

Verset de la semaine

En complément de votre étude, nous vous encourageons également à prendre le temps de mémoriser des versets du livre de Ruth ! Voici celui que nous avons sélectionné pour vous cette semaine…

Votre étude de la semaine

Lecture  du jour : Ruth 4:1-4 et Lévitique 25:23-25

La semaine dernière nous avons laissé Ruth et Naomi en attente. Naomi rassurait Ruth en lui disant que Boaz s’occuperait tout de suite de l’affaire en cours. Aujourd’hui, nous sommes rassurées de constater que Naomi connaissait bien le caractère de Boaz. Car sans perdre une minute, Boaz monte à la porte de la ville ! A l’époque, la porte de la ville servait en quelque sorte de tribunal commercial et pénal, c’est là où toutes les transactions légales avaient lieu.

Rappelons-nous, pourquoi Boaz avait-il besoin de se rendre à la porte de la ville (Ruth 3:13) ? Comment est-ce que ce parent rédempteur s’appelait (Ruth 4:1) ?

Oui, vous avez bien lu, Boaz appelle l’autre parent rédempteur  « Untel » ! Bien évidemment ce n’était pas son vrai prénom, mais c’est révélateur déjà du caractère de cet homme et  de pourquoi le narrateur n’a pas jugé digne de se rappeler de son nom ! Nous en saurons plus par la suite …

Boaz prend le nombre de personnes requises selon la loi pour toute transaction commerciale, combien ?

Jusque là tout va bien- mais arrivant au verset 3, les choses se compliquent un peu. Attendez, attendez, dites-vous, je pensais que Boaz venait parler au parent rédempteur concernant Ruth, pourquoi tout d’un coup parle-t-il d’une parcelle de terre ? Voyons cela de plus près justement …

Boaz était un parent rédempteur, ce qui veut dire que selon la loi de Dieu il avait droit :

  1. au rachat d’un terrain d’un membre de la famille, terrain qui devait se vendre pour des raisons financières (ce que vous avez vu dans votre lecture en Lévitique ce matin) mais aussi …
  2. au rachat d’un membre de la famille vendu en esclavage
  3. d’obtenir justice pour un membre de la famille

Ce que Ruth demande donc à Boaz quand elle lui demande de se marier avec elle ne concerne pas directement cette loi de parent rédempteur. Ruth évoque en fait  une autre loi, celle du lévirat (ce qui veut dire beau-frère) concernant le droit de rachat d’un nom par le biais du mariage.

Ces deux lois n’étaient donc pas officiellement liées. Boaz n’était de plus pas directement concerné par la loi du lévirat car même s’il était proche parent il n’était ni le beau-frère de  Naomi ni celui de Ruth. Pourtant le cœur de ses deux lois les reliaient par nature – la rédemption ! C’est exactement ce que Ruth confirme savoir sur Boaz quand elle lui dit à ses pieds : tu es rédempteur. (Ruth 3:9)

Tout au long de notre étude, nous avons tourné autour de ce concept tissé tout au long de l’histoire de Ruth mais aujourd’hui regardons-le de plus près.

Selon Romains 3:24 qui est notre Parent rédempteur ?

Prenez quelques minutes pour réfléchir à tout ce que nous avons vu ensemble jusqu’à maintenant dans notre étude. Comment est-ce que le parent rédempteur dans la loi juive et l’exemple de Boaz enrichissent votre compréhension de notre parent rédempteur ?

Lisez Romains 6:17-18, Jean 14:1-3 et Colossiens 1:21-22. Comment est-ce que la loi du parent rédempteur dans l’Ancien Testament reflètent ce que Christ a fait pour nous ?

Lisez Galates 4:4-7 et 1 Pierre 2:9-10. Comment est-ce Christ nous a redonné un nom (la loi du lévirat) ?

Jésus Christ est notre parfait rédempteur, celui qui nous a rachetées de l’esclavage du péché, qui a fait justice à notre place car nous étions ennemies de Dieu et qui nous réserve une place dans sa cité céleste. En plus de tout cela il nous a aussi donné un nom, son nom, pour que nous puissions être appelées enfants de Dieu !

Lecture du jour : Ruth 4:5-8 et Jean 5:30

Hier nous avons été tellement prises par ce merveilleux parallèle de Boaz et Christ, notre parent rédempteur, que nous n’avons pas vu ensemble le verset 4. Car voici un nouveau coup de théâtre dans notre histoire qui semble tourner au cauchemar. Tenté par l’acquisition d’un beau terrain, Untel dit oui pour prendre la place de Boaz pour être parent rédempteur !

Mais Boaz n’a pas terminé sa proposition, que dit-il à Untel au verset 5 ?

En associant les deux lois de rédemption devant Untel et les anciens de la ville, Boaz rendait impossible à Untel de les dissocier et de racheter seulement le terrain de Naomi. Mais au cas où Untel se sentirait un peu piégé, Boaz lui propose une autre solution…Quelle était l’autre solution (au verset 4) ? Quelle est donc finalement le choix effectué par Untel ?

Je pense que Boaz connaissait bien cet Untel et a su ici faire preuve d’une excellente psychologie humaine.

Pourquoi pensez-vous que Boaz ait proposé le terrain de Naomi à Untel (sans mentionner le nom de Ruth) puis ait ensuite proposé le mariage avec Ruth et non dans l’autre sens ? Qu’est-ce qui a empêché Untel de prendre la place du parent rédempteur ? Alors qu’il dit : je ne peux pas, que pensez-vous qu’il se passe réellement, pour quelles raisons ne pouvait-il pas ?

Les lois du parent rédempteur et du lévirat n’étaient pas une obligation. Il fallait être qualifié (un membre proche de la famille), il fallait être capable de payer le prix , et il fallait aussi le vouloir.

Dans l’histoire de Ruth, cet épisode avec Untel nous révèle que Boaz n’était pas le seul rédempteur qualifié et capable. Mais dans notre propre histoire nous n’avons pas d’autre Parent rédempteur. Jésus est le seul :

  1. qualifié car lié par le sang (Jean 1:14; Philippiens 2:5-8; Hébreux 2:14-15)
  2. capable de payer le prix (1 Pierre 1:18-19)

    Mais sans la présence de ce deuxième parent-rédempteur dans le livre de Ruth, nous aurions pu passer à côté de quelque chose de précieux qui était présent dans le cœur de Boaz comme dans le cœur de Jésus.

Boaz, comme notre Parent rédempteur Jésus Christ, a voulu être parent rédempteur. Ceci n’était pas une question de garder une bonne image. Boaz de tout son cœur a voulu être le rédempteur de Ruth, tout comme Jésus l’a voulu être pour nous.

Lisez Jean 10:17-18 et Matthieu 26:39

Cela me dépasse, mais à aucun moment Jésus n’a été contraint d’aller jusqu’à la croix pour payer le prix de ma rédemption. Jésus a soumis sa volonté à celle de son Père Céleste et de plein gré il a donné sa vie pour moi, pour vous.

Pourquoi ? Parce qu’Il nous aime. Parce qu’il a voulu de nous.

C’est en ceci que l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous :
Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui.
1 Jean 4:9

Lecture du jour : Ruth 4:9-13

Réécrivez dans vos propres mots ce que Boaz déclare devant toute la ville. Pourquoi à votre avis précise-t-il de nouveau la nationalité de Ruth ? En quoi est-ce que cette précision est différente des fois précédentes ?

Le fait que Ruth soit Moabite a été le point tournant dans le cœur d’Untel et sa justification du refus d’être son parent rédempteur. Alors quand Boaz déclare devant toute la ville que Lui, prend Ruth la Moabite comme femme, il déclare en essence qu’il prend Ruth, telle qu’elle est, et ce, sans honte.

Est-ce que notre Parent rédempteur avait / a honte de nous ? (voir Hébreux 2:11 et 11:16)

Quelle a été la réaction de la ville à ce mariage ? De quelle manière est-ce que leur bénédiction pour une descendance avait une signification importante dans la vie de Ruth ? Jusqu’ici stérile, qui a permis que Ruth puisse avoir un fils ? Comment est-ce que ce point dans l’histoire de Ruth peut vous encourager personnellement que vous soyez maman ou sans enfants aujourd’hui ?

En tant que femmes, nous aurions voulu avoir plus de détails sur ce verset 13 ! Après nous avoir raconté leurs fiançailles dans les moindres détails, le narrateur nous accorde juste un tout petit verset pour inclure leur mariage et la naissance de leur premier enfant ! C’est un peu comme si le narrateur leur accordait enfin un peu d’intimité. Cette histoire maintenant est la leur.

Alors que la rédemption de Jésus pour nous était publique, sa relation avec nous tous les jours est personnelle et intime – de quelle manière est-ce que cela vous touche ?

Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, d’être intervenu en faveur de son peuple, d’avoir assuré sa rédemption.
— Luc 1:68

Lecture du jour : Ruth 4:14-17 et Psaume 138:8

Alors que jusqu’ici toute l’attention était tournée vers Ruth et Boaz, Naomi redevient le centre de notre histoire.  Pourquoi à votre avis ?

Pourquoi est-ce que la naissance d’un fils à Ruth et Boaz a tant d’importance dans la vie de Naomi ? Quel est le prénom de ce petit garçon au verset 17 ? Mais comment est-ce que les femmes l’appellent d’abord au verset 14 ? Pourquoi est-ce qu’elles louent le Seigneur ?

Le rachat du terrain aurait assuré la stabilité financière de Ruth et Naomi. Par son marriage à Boaz, Ruth est rédimée mais c’est seulement par la naissance d’un fils à Ruth et Boaz que Naomi est rédimée.

Boaz était le parent rédempteur de Ruth, mais c’est ce petit bébé Obed qui est né parent rédempteur pour Naomi !

Cela vous rappelle un autre parallèle peut-être dans le nouveau testament ?!

Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Il a la souveraineté sur son épaule ; on l’appelle du nom de Conseiller étonnant, Dieu-Héros, Père éternel, Prince de paix.
— Esaïe 9:5

Que pensez-vous qu’il se passe dans le cœur de Naomi à ce moment-là ? Qu’est-ce que nous communique le verset 16 de ce que l’avenir réserve désormais à Naomi ?

C’est grâce à Obed que la lignée de Naomi  subsistera et que son nom sera restauré en Israël. Cela explique donc pour nous le verset 17 – Obed était considéré le fils de qui ? Comparez ce verset avec ce que Naomi avait déclaré à Ruth au chapitre 1:11-13.

Avez-vous déjà vécu un moment dans votre vie où vous avez pensé qu’une chose était complètement impossible ? Dieu l’a-t-il faite ? Remerciez aujourd’hui notre Dieu des miracles et de l’impossible !

Lecture du jour : Ruth 4:18-22

Après votre lecture d’aujourd’hui, lecture que nous aborderons plus en détail avec la méditation qui suit, j’aimerais que vous puissiez d’abord prendre quelques minutes pour revenir sur l’enfance de Boaz.

Quand nous avons rencontré Boaz dans notre étude, je vous avais demandé de regarder qui étaient ses parents. Si vous avez besoin d’un rappel, relisez votre fiche personnage sur Boaz ou les passages suivants :

Selon Ruth 4:21, qui était le père de Boaz ? Cela vous dit quelque chose ? Peut-être pas ? Alors regardez en Matthieu 1:5 pour découvrir qui était sa maman.

Si vous ne connaissez pas l’histoire de Rahab (et même si vous la connaissez déjà !) prenez le temps de la lire en Josué 2:1-16 et 6:22-25.

Il est probable que Salmon et Rahab soient plutôt les grands-parents ou même les arrières grands-parents de Boaz et non ses parents directement, mais ils occupaient une place importante dans la vie de Boaz. Selon les coutumes juives qui mettaient beaucoup de soin à transmettre l’histoire familiale, Boaz connaissait forcément l’histoire de Rahab et Salmon.

Maintenant avec tout ce que vous savez sur l’histoire de Boaz et de Ruth, prenez quelques minutes pour faire le parallèle entre ces deux histoires. Qu’est-ce que Salmon a fait pour Rahab ? Comment est-ce que Boaz a certainement été influencé par l’exemple de son grand-père ?

Je ne sais pas si cela vous touche, mais pour ma part j’ai été émerveillée par la découverte du parallèle entre ses deux histoires. Et voir comment Boaz marche dans les pas de son grand-père qui était aussi en quelque sorte un parent rédempteur pour Rahab en lui donnant son nom, me donne aujourd’hui encore la chair de poule.

Rahab et Ruth seront toutes deux mentionnées dans la lignée d’un autre roi, lequel (Matthieu 1:1-17) ?

Comment est-ce que cela vous encourage dans votre propre héritage pas seulement pour vos enfants mais aussi pour les générations suivantes ?

Et tu sauras que c’est l’Eternel ton Dieu qui est Dieu, le Dieu fidèle qui garde l’alliance et la miséricorde jusqu’à mille générations pour ceux qui l’aiment et qui gardent ses commandements. — Deutéronome 7:9

Bonne étude et bonne semaine dans sa grâce ! 💛

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *