Se fortifier sans vitamines ?!

En cette fin d’hiver où les publicités pour la prise de vitamines nous envahissent, nous allons voir comment faire le plein de vitamines, nous fortifier sans dépenser un sou !

L'inquiétude ne chasse pas le chagrin du (1)

 

 

Replaçons-nous dans le contexte de notre étude.  Nous nous trouvons à la fin de 1 Samuel et David est toujours en train de fuir loin de Saül… Avez-vous une idée de combien de temps David a fui loin de Saül ?

Il y a quelques incertitudes sur la durée car il manque certaines données dans le texte comme l’âge auquel  Saül est devenu roi (1 Samuel 1:13). Plusieurs docteurs en théologie ont essayé de  déterminer cette durée en fonction des évènements qui se sont déroulés et autres données complexes, et le résultat de leurs recherches donne un intervalle de temps  de 8 à 20 ans. Vous rendez-vous compte ? David a dû fuir, habiter dans le désert la plupart du temps, caché dans les montagnes, dans des grottes, durant au moins 8 ans ! Et chaque fois qu’il s’installait quelque part,  les habitants du lieu où il s’installait allaient la plupart du temps  le dénoncer auprès de Saül, et la fuite devait reprendre …

Dans le chapitre 30 David revient du champ de bataille et découvre que la ville qui lui a été donnée par les Philistins pour qu’il en fasse enfin « sa maison » a été détruite par des attaquants, les familles ont disparu,  la ville a été pillée et brûlée.  Non seulement David est dévasté par cette perte, mais le peuple parle aussi de le lapider…

  • Le texte (v. 6) nous dit que David était alors dans une grande angoisse. Est-ce votre cas aujourd’hui ? Vivez-vous des circonstances dramatiques qui vous plongent dans une grande angoisse ?  Vous sentez-vous abandonnée de tous ?  Êtes-vous submergée par l’inquiétude concernant votre avenir ?   David ne connaissait pas son ennemi « attaquant », ne savait pas si sa famille était vivante ou morte, continuait à être menacé par Saül et ses hommes menaçaient sa vie en parlant de le lapider.  Il avait toutes les raisons de se sentir désespéré.
  • Mais les chapitres précédents nous ont appris un  point que nous ne devons pas oublier : David s’était mis dans les problèmes, se retrouvant dans une situation compliquée. Ayant peur d’être pris par Saül, il a désobéi et est parti  dans le chapitre 27 chercher refuge dans le camp ennemi, chez les Philistins, c’était une erreur. Lui qui avait l’habitude de consulter Dieu avant de prendre des décisions, ne l’a pas fait cette fois-ci et s’est mis en très mauvaise posture en faisant un mauvais choix.  A tel point qu’il se retrouve un peu plus tard, après quelques mensonges et compromis, au milieu des Philistins sur le point de combattre Israël, peuple dont il est le roi !  Mais par sa grâce Dieu l’a tiré de ce mauvais pas, le sortant du combat à venir pour retourner à Tsikalg. Avez-vous pris une décision  qui vous a entrainée sur un terrain où vous ne devriez pas vous trouver ? Vous retrouvez-vous à payer les conséquences dramatiques d’une mauvaise décision ?

Mais David reprit courageen s'appuyant sur l'Eternel,son Dieu.

  • Que vous soyez concernée par le premier point ci-dessus (dans une grande angoisse), ou par le deuxième (subir les conséquences désastreuses d’une mauvaise décision) voire les deux, la réaction de David est la bonne solution !  Il choisit de « reprendre courage en s’appuyant sur l’Eternel son Dieu » (v. 6). Le mot hébreu traduit ici par « repris courage en s’appuyant sur » est le même que nous avons déjà vu en 1 Samuel 23:16 avec Jonathan qui va retrouver David dans la forêt : « Il (Jonathan) fortifia sa (celle de David) confiance en Dieu ».  Cette fois-ci le mot est traduit par « fortifier sa confiance ».  Si l’on regarde le sens de ce mot hébreu « chazaq », nous trouvons une liste  de traductions possibles qui nous permettent de mieux saisir le sens de ce mot : renforcer, s’encourager, reprendre courage, restaurer sa force, se réparer, être ferme, être rendu fort.  Je trouve très intéressant ce mot qui contient  deux idées : reprendre courage en remettant sa confiance (ici, dans notre Dieu).  Oui, « Dieu est le même hier, et aujourd’hui, et éternellement » (Hébreux 13:8), nous ne devons jamais l’oublier. Notre courage sera renforcé à la pensée de qui est celui qui prend soin de nous, et c’est par l’étude de Sa Parole que nous apprenons à mieux le connaître, et c’est exactement le propos de Vivre dans la Grâce !  Voici ce que Charles Spurgeon dit de David sur ce passage dans une très belle prédication : Ne sentez-vous pas le vent venant des montagnes ? Cet air souffle fort et frais , provenant des montagnes éternelles à présent que l’homme de Dieu fixe ses regards sur Dieu seul ! Auparavant David était au fond de la vallée usant de ruses politiques – plongé dans les eaux stagnantes de la confiance en soi et de la mondanité; mais à présent il se tient debout à Ziklag, seul, sans ami, mais libre et sincère. Combien cet homme est grand au milieu de ces ruines ! Il se lève de toute sa hauteur alors que sa fortune s’effondre ! Il vous rappelle les jours de sa jeunesse lorsqu’il déclare : « L’Eternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin » (Prédication n° 1606, volume 27 www.spurgeongems.org). Oui, chères amies, la solution pour reprendre courage est là : retrouver la confiance en Dieu en nous rappelant ses promesses et ce qu’il a déjà accompli par le passé dans nos vies.
  • Puis David revient à ce qu’il aurait dû faire: il consulte Dieu. Il n’est jamais trop tard pour bien faire… Combien notre coeur peut être encouragé et fortifié par la prière.  L’esprit de Dieu nous aide alors à nous focaliser sur notre Dieu au lieu de nous-mêmes. Pourquoi sommes nous parfois envahies par l’inquiétude ? Parce que nous évaluons le problème avec nos propres forces, parce que nous mesurons la difficulté de nous en sortir par nos propres capacités, parce que nous regardons à nos propres ressources pour trouver une solution. Mais le problème n’est pas trop grand pour Dieu,  jamais au delà de Ses capacités, et Ses ressources pour trouver une solution sont infinies. Rappelez-vous le tout début de 1 Samuel, où nous avions fait la connaissance d’Anne, nous l’avions vue « répandre son âme » dans la prière devant son Dieu dans le temple, et nous terminons 1 Samuel de la même manière. Non, aucun problème n’est trop grand pour notre Dieu, aucune détresse n’est trop profonde pour celui qui nous a aimées plus que tout, venons à lui simplement, répandons notre coeur et rappelons-nous qui Il est, ainsi que les promesses qu’il nous a laissées dans Sa Parole, et il agira pour consoler notre coeur et nous fortifier !

signature25

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *