Si vous n’êtes pas une femme typique…

J’imagine que je ne suis pas une femme typique…  Alors qu’elle me faisait cette confession (somme toute typique !) elle se mit à me parler de son amour du sport et de son manque d’émotivité. Son discours me fit me poser la question : Combien d’entre nous peuvent se targuer d’être des femmes typiques ?

Et puisque nous en parlons, qu’est-ce qu’une « femme typique » ? Et est-ce que être typique est une bonne chose ou pas ?

Lors de conversations avec des femmes d’âges divers, je me suis rendue compte que notre vision de la femme typique peut être très différente, mais à chaque fois, bien peu d’entre elles se considéraient en être une. Commencez une conversation avec une femme de votre église, apprenez à la connaître, découvrez l’histoire de sa vie, et dans la conversation tôt ou tard, elle vous dira qu’elle n’est pas ou ne sent pas comme les autres. Même si nous ne nous sentons pas particulièrement spéciales ou uniques, la plupart d’entre nous ont déjà eu le sentiment (que ce soit pour de bonnes ou mauvaises raisons) de ne pas « coller au moule ». . .

Peut-être qu’en tant qu’enfant, vous n’avez jamais aimé jouer à la poupée, ou que aujourd’hui vous appréciez particulièrement le bricolage. Peut-être n’êtes-vous pas certaine de vouloir des enfants, le shopping vous agace ou le travail du bois vous enchante. Peut-être avez-vous le sentiment de ne pas avoir les compétences pour être  maman, ou n’avez-vous aucun talent culinaire, ou étiez-vous enfant un véritable garçon manqué ou bien la tête de classe en maths. Je connais bien des femmes dont le mari est plus bavard qu’elles, d’autres qui ont des difficultés à entrer en contact avec d’autres femmes, ou bien des dizaines d’autres façons dont les femmes ne se sentent pas des femmes typiques, se basant tout simplement sur leur vision de ce qui est « typique »…

Certaines femmes sont heureuses de se sentir différentes de la « norme féminine » – et même fières- comme si le fait de se rapprocher de ce qui est considéré comme masculin, les rendait davantage puissantes et respectées.  Leur vue de la féminité est alors très réduite et  misérable, ce qui, finalement « justifie » leur désir de s’éloigner de cette féminité. D’autres sont tristes -et parfois honteuses- que personne ne leur ait appris ce qu’est la féminité, alors qu’elles tâtonnent dans le noir pour y parvenir.

Tout sauf Typiques

En tant que chrétiennes, nous avons le privilège d’avoir la révélation de Dieu dans la Bible pour nous aider à naviguer dans ce monde, ainsi que les indices sur les intentions de Dieu, indices laissés dans la création. Nous n’avons pas à nous arrêter sur ce que notre société considère comme « typique ». L’objectif d’une femme chrétienne n’est pas d’être typique. Tout particulièrement si ce « typique » signifie être très maquillée, hyper-ultra-féminine, se faner à l’idée d’une tâche difficile, et laisser son cerveau au vestiaire !  Où trouve-t-on cela dans la Bible ? Nulle part. Par contre, nous trouvons le fait que nous vivons notre vie en Christ et que nous devons rechercher la sainteté – et cela est tout sauf typique.

En tant qu’enfant, lorsque je regardais ma mère, fille de fermier, utiliser la tronçonneuse pour couper des branches mortes et les charger dans la remorque pour les entasser dans les broussailles, j’apprenais ce qu’est être une femme. Lorsque je la voyais préparer notre maison pour des invités innombrables, ainsi que les repas pour d’innombrables bouches, j’étais en train d’apprendre ce qu’est être une femme. Lorsque je l’entendais discuter du contenu de la bible lors d’études bibliques tous les mardis soir, j’apprenais ce qu’est être une femme, simplement parce qu’elle faisait ces choses. Et heureusement pour moi, elle était encore davantage – elle était une femme Chrétienne.

Lorsque nous lisons l’histoire de femmes de Dieu dans les Écritures, la même chose se passe.. Nous avons le privilège d’observer, de regarder des femmes particulières dans des situations particulières. Nous voyons les sage-femmes hébreues craindre davantage Dieu que Pharaon (Exode 1:15-21). Nous voyons Rahab se courber devant Yahvé, et exposer sa vie pour sauver le peuple de Dieu (Josué 2:1-21), nous voyons Sarah croire que Dieu lui donnera un fils en dépit de son âge (Hébreux 11:11) et la jeune Marie magnifier le Seigneur dans des circonstances somme toute assez étranges (Luc 1:26-38), sans oublier Prisca qui a risqué sa vie pour sauver celle de Paul (Romains 16:3-4). Dans toutes ces choses, nous apprenons ce qu’est être une femme, non comme un livre de recettes de ce que nous devons faire de nos vies, mais comme des exemples différents de femmes qui craignent Dieu au travers de l’histoire. Et nous apprenons que plutôt que d’être des femmes typiques, nous devons être des femmes confiantes dans la vie et les circonstances que Dieu nous a données à chacune.

Un joyau pour Dieu

Je me demande si nous pouvons toutes tomber d’accord sur une chose : comment nous considérons le fait d’être une femme aura un impact direct et décisif sur ce que nous sommes . Nous pouvons peut-être avoir le sentiment de ne pas coller au moule, mais Dieu nous appelle à vivre d’une façon qui anéantit les attentes du monde.  En fait, au milieu de ce sentiment d’inadéquation, Dieu nous a fait un cadeau. Ce sentiment d’inadéquation ne change pas la réalité : nous sommes des femmes. Lorsque nous agissons, nous le faisons en tant que femmes, et nous devenons à notre tour une narration vivante qui va modeler la féminité aux yeux de ceux qui nous entourent, dans le bon ou mauvais sens.

En tant que femmes chrétiennes, nous montrons à quoi Dieu ressemble; non que Dieu soit une femme, mais parce que nous portons son image (car faites à son image), parce que nous sommes revêtues de Christ, et parce que nous avons son Esprit à l’oeuvre en nous.  En tant que femmes, nous sommes ses représentantes. Nous racontons « qui Dieu est » par tout ce que nous disons et faisons. Le fait que Dieu vous ait créée femme est une partie essentielle de l’histoire qu’il raconte au sujet de Lui-même.

Que raconte votre vie au sujet de Dieu et du joyau couronnant la création, joyau appelé « femme » ?  Lorsque nous marchons en sainteté, avec les spécificités dessinées par Dieu, au travers des circonstances qu’Il a choisies avec amour, nous racontons au monde la vérité à Son sujet. Lorsque nous nous livrons et cédons au péché, nous tordons la vérité au sujet de Dieu.   Et peut-être le plus important, le plus puissant message que nous délivrons, en vivant en femmes Chrétiennes, est que nous ne sommes pas prisonnières du péché.

Nous ne sommes pas démunies face à notre péché, car la même puissance qui a ressuscité Jésus d’entre les morts est à l’oeuvre pour faire de nous de nouvelles créatures. L’histoire que nous racontons lorsque nous nous repentons est l’histoire de l’Évangile. C’est la chose la plus authentique que nous pouvons raconter par notre vie.

Ne soyez pas typiques

Dieu a réalisé une autre oeuvre pleine de grâce : il a mis en place un corps complet pour montrer Sa gloire. Je suis réellement reconnaissante que mes enfants aient autour d’eux des femmes Chrétiennes de qui ils peuvent apprendre – des femmes autres que moi-  des femmes dont les vies sont caractérisées par leur obéissance envers Dieu.  Ainsi ils peuvent voir des femmes fidèles avec des dons dans la gestion, l’organisation, d’autres faisant face au handicap, d’autres qui enseignent les sciences ou le piano, d’autres encore qui aiment le repassage, qui planifient à merveille leurs menus et adorent rire ! Toutes ces femmes sont atypiques car tout ce qu’elles font est pour la gloire de Dieu,  fait réellement rare…

Alors soyez encouragées et réellement libérées, vous toutes femmes atypiques. Dieu ne vous demande pas d’être typique. Il vous appelées à être « siennes ». Il vous appelle à une soumission sans équivoque, à une loyauté envers Lui – et cette demande est le plus beau geste d’amour qu’il pouvait vous demander.

Une vie d’obéissance envers Dieu est une vie qui est à la fois la plus risquée et la plus sécure.  Alors qu’il nous demande de Lui être soumis, d’être soumis à Sa Parole et Ses desseins, il nous en donne simultanément la capacité au travers de la puissance infinie de Son Fils Sauveur.  


 (@abigaildodds) est mariée et maman de cinq enfants. Elle écrit régulièrement sur le site Desiring God et est bloggeuse sur  hopeandstay.com. Elle a également écrit : ATypical Woman: Free, Whole, and Called in Christ (à paraitre en 2019)
Nous tenons à remercier l’équipe de DesiringGod.com, site de John Piper, qui nous a autorisées à traduire cet article que nous avions à cœur de partager avec vous, article d’ Abigail Dodds. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *